Lyon-Passionnement.com : notre ville intensément Edito Decouverte Rencontres Créateurs Economie Sorties Gastronomie Shopping

Photo de la semaine

 

  Mammouth
  Le Train de la Mure
  Belvédère Abbé Larue
 
  La Croix-Rousse
  Les Subsistances
  Les Terreaux
  Place Bellecour
  Place des Jacobins
   
  Chambre d'hôtes
Page d'accueil




CITATION
Rechercher en permanence ce que les hommes font de meilleur et puis essayer d'intégrer ces choses dans ce que vous faites.
Steve Jobs - Apple


SONDAGE
Votre lieu préféré à Lyon ?


Notre sélection livres
avec


Les liens du mois

Annuaire




Lettre Info
Recevez directement par email
les nouveautés sur le site



Contact
info@lyon-passionnement.com


Création site internet :
@ Studio Kaleidoscope


La Place des Jacobins
 


Les neufs vies de la place
des Jacobins

ou la place qui a longtemps cherché fontaine à son pied

 

        La place des Jacobins s'étend de la rue du Président-Edouard-Herriot à la rue Emile Zola. Sa forme rectangulaire et la fontaine qui l'orne datent des opérations de Vaïsse, de même que son nom. Auparavant, la place, plus petite et de forme triangulaire, s'appelait Confort, pour les mêmes raisons que la rue de ce nom. Au Moyen-Âge l'Eglise prend un grand essor dans la ville : quatre grands ordres religieux s'établissent à Lyon, dont celui des Frères Prêcheurs ou Jacobins, vers 1235. Leur église avec cloître est bâtie à la suite de la chapelle de Confort.

Un pape élu à Lyon...

        Dans ce couvent aura lieu l'élection de Jacques Duèze ou D'Euze, né à Cahors et évêque d'Avignon qui devient le Pape Jean XXII le 7 août 1316. Après l'élection du pape Jean XXII dans le couvent des Jacobins, son couronnement a lieu dans la cathédrale de Saint-Jean. C'est lui qui transfère définitivement la cour papale en Avignon.

        En 1556, l'emplacement situé au nord de l'église du couvent des Jacobins devient place publique. Aujourd'hui cette place a 446 ans, et en moins d'un demi-millénaire, elle a connu neuf visages différents !

 

 

Place Confort   

        Au tout début, la place est un emplacement de forme triangulaire, entouré de murs. Elle donne déjà sur la rue Mercière, et est le lieu de passage obligatoire pour quiconque va de France en Italie en passant par Lyon. C'est ce transit incessant qui a donné au quartier sa vocation commerciale. La place des Jacobins s'appelle alors la place Confort, du nom d'une petite chapelle dédiée à Notre-Dame de Confort. Elle est ornée en tout et pour tout d'une croix de cimetière et d'un puits… très sobre.

       Au XVIIème siècle, elle se met au goût du jour en prenant un visage très baroque et italianisant. Elle est libérée des murs qui la cernent. En 1604, on inaugure l'obélisque pyramidal de Philippe Lalyame, monument dédié a Henri IV. C'est une période très symbolique de la place, surtout durant ces années de Contre-Réforme. En effet, sa forme triangulaire reprise par la pyramide symbolise la Trinité, conformément à la théologie catholique. On dit même que le nom de Dieu était gravé en 24 langues sur le monument… Peu à peu le décor de la place s'étoffe. Le puits est reconstruit en 1614 aux frais de Horace Cardon, un habitant de la place. L'architecte Le Pautre fait achever en 1674 le portail latéral de l'église des Jacobins, un réel chef d'œuvre. Nous voilà donc avec une place non ordonnancée et vouée par son décor à l'Eglise et à Dieu.

        Au XVIIIème siècle, la place adopte un look plus " rocaille ". On reconstruit en 1740 la pyramide qui tombe en ruine, plus élevée, avec plus d'ornements (une croix dorée par exemple), entourée d'une grille de fer très travaillée et augmentée d'une nouvelle inscription la dédiant à Louis XV. Par ailleurs le puits est perdu de réputation : il n'est plus suffisant, et rend la place dangereuse et mal famée. L'ingénieur Antoine Michel Perrache érige donc une fontaine à sa place en 1760, à la demande des riverains : un piédestal à consoles renversées, un personnage féminin qui semble accueillir un enfant de ses bras ouverts, voilà tout ce que l'on sait de cette fontaine. En effet, elle n'a pas eut le temps de rester gravée dans les mémoires …

        La Révolution française renverse l'Ancien Régime. Ce faisant, elle renverse aussi de nombreux bâtiments, dont la place Confort. Le passage de l'Histoire n'a rien laissé : église, pyramide, fontaine, tout a disparu. Jusqu'en 1856, la place périt à petit feu. C'est le son grinçant de son seul décor, une pompe, qui sonne sinistrement son glas …

 

 

                                          

 

 



 

A la une :
Danse : Carmen & Black Milk - Deux ballets à ne pas rater.
Sorties : Le Printemps de Pérouges, plaine de l'Ain - à ne pas manquer
Rencontres :
Jean-Luc CHAVENT - un conteur raconté.

Sondage : Votre lieu préféré à Lyon ?
Communiqués : Lyon-communiqués
les communiqués de presse en direct
Sorties : Agenda Lyon Web l'agenda de vos sorties à Lyon

 
haut de page

© 2001 - Lyon-passionnement.com